RECOMMANDATIONS de l'IGEN-STI
 
pour la répartition des horaires d'enseignements professionnels et technologiques
 
RECOMMANDATIONS
HORAIRES
CARROSSERIE
MAINTENANCE
MATERIELS
MAINTENANCE
AUTOMOBILE
CAP
 
BAC PRO
 
 
 
 
REFERENTIELS
& REPERES pour la FORMATION
CAP
BAC PRO
MC
Repères
pour la
formation
Carrosserie
 
 
 
Maintenance
des matériels
 
Maintenance
automobile
 
 
Lesréférentiels sont les documents de référence qui définissent les formations dispensées aux élèves.
 
Le diaporama ci-dessous en explique leur architecture.
 
Le ministère de l'Education nationale, en etroite concertation avec l'inspection générale des sciences et techniques industrielles a édité des REPERES POUR LA FORMATION . Ils visent à fournir des éléments et des repères permettant de construire le dispositif de formation le mieux adapté.

Leshoraires d'enseignement sont définis par des grilles de répartition officielles. Ledécoupage horaire des enseignements technologiques et professionnels fait l'objet de recommandations de l'inspection générale STI.

L'ensemble de ces documents est téléchargeable ci dessous.


 
MISE A PLAT DU REFERENTIEL
 
OBJECTIF
 
Permettre a l'enseignant et à l'élève de se positionner par rapport au REFERENTIEL de certification du domaine professionnel.

CONDITIONS RESSOURCES

Le professeur et sa classe,
le référentiel,
les fiches pédagogiques  
 ANALYSE DES CONTENUS DE FORMATION,
 FICHE DE TRAVAIL,
 SUIVI DE L'ELEVE,
 SUIVE DE LA CLASSE

CRITERES D'EVALUATION

Le professeur et l'élève sait à tout moment ce qu'il a fait.
Le professeur et l'élève sait à tout moment ce qu'il lui reste à faire.
 
PRINCIPES FONDAMENTAUX
 
Tous les SAVOIR-FAIRE doivent être mis en oeuvre plusieurs fois et évalué au moins une fois.

Chaque association " COMPETENCE-SAVOIR TECHNOLOGIQUE " doit faire l'objet d'au moins une activité de élève.

Chaque activité peut être le support de plusieurs associations " COMPETENCE-SAVOIR TECHNOLOGIQUE  ".

PREVOIR

" Relation compétences / savoirs technologiques
" Analyse des contenus 

ORGANISER

" Organisation pédagogique
" Fiches de travail
 

SUIVRE

" Suivi de l'élève
" Suivi de la classe

EXEMPLES (EN BEP CARROSSERIE) :
 
La compétence C3.5 " Restructurer " comporte 8 savoir-faire qui doivent être mis en oeuvre à travers des activités qui feront appel aux notions et concepts des savoirs technologiques S1, 4...8, 20 et 24.

Les activités qui mettent en oeuvre la compétence C3.5 doivent permettre d'affirmer si elles sont menées à bien, que l'élève EST CAPABLE DE RESTRUCTURER. Il est compétent dans ce domaine en rapport avec le niveau de qualification que lui procure le diplôme. Une activité peut être un TP , un TD  ou un cours.
 
Les notions et concepts enseignés dans le cadre du savoir S3 " L'équipement électrique " seront ceux du référentiel dans la limite (minimale) de ce qu'il est nécessaire de connaître pour maitriser les compétences C1.1, C2.1, C2.2, C3.2, C3.3, C3.6, C3.9, C4.1 et C4.2 et tous les savoir-faire qui en découlent.
 

ORGANISATION D'UN CURSUS DE FORMATION
 
Mettre à plat le métier et rédiger le référentiel de formation (différent du référentiel des activités professionnelles (RAP) et du référentiel de certification du domaine professionnel (RCDP)). Pour cela :

Recenser ce que l'élève devra savoir pour savoir-faire, pour tous les savoirs technologiques et tous les contenus de formation du RCDP.
Fixer des objectifs généraux avec un délai.
Définir les objectifs opérationnels nécessaires et les regrouper au sein d'activités identifiées.
Reporter ces activités dans un tableau général d'analyse des contenus qui croise les activités prévues avec les compétences et les savoirs qui y sont mis en oeuvre. C'est grâce à lui qu'il est possible d'observer si le projet de cursus de formation est équilibré.
 
C'est ce tableau qui permet également à l'élève de connaître le chemin à parcourir, ce qu'il a fait et ce qu'il lui reste à faire.
 
 
Toutes les activités que l'enseignant propose à ses élèves doivent être organisées dans l'espace et dans le temps. Cela suppose une concertation et une harmonisation quand plusieurs professeurs enseignent  à la même classe.
Les autres types d'activité doivent être pris en compte : PFE (les activités de formation prévues en classe doivent s'articuler avec ce qui est fait en entreprise et vice versa. Cette articulation entre les deux lieux de formation de l'élève ne peut se faire que par l'équipe éducative), PPCP (ou module en seconde) car il représente environ 10% du temps de formation de l'élève.
On ne peut compter que sur 70 semaines de formation au lycée pour les deux années de préparation : 36 en première année et 34 en deuxième (auxquelles s'ajoutent deux semaines d'examen). Sur ces 70 semaines, il convient de décompter les PFE (ou PFMP) et de prendre en compte les éventuelles absences nécessaires à l'exercice du métier : convocations pour les examens, stages de formation…

Ce tableau récapitulatif permet d'autre part une numérotation cohérente des activités (en principe elle correspond aux n° des fiches de travail) ainsi que des feuilles d'acquisition (leçon de techno, extrait de revues techniques,...) et des documents de guidance. 

COMMENT PREPARER UNE SEQUENCE DE FORMATION ?

En ce qui concerne le CONTENU DE FORMATION xxx :
Qu'est ce que l'élève devra SAVOIR-FAIRE (Cn.x) pour atteindre la COMPETENCE (Cn ) ?
Qu'est ce que l'élève devra SAVOIR (Sn) pour SAVOIR-FAIRE ?
Comment opérationnaliser ? : TP, TD ou cours ?
Par quel TP peut-on mettre en œuvre ou valider ce SAVOIR FAIRE ?
De combien de temps et de quel matériel dispose-t-on ?…
 
 
EXEMPLE :SAVOIR S3 L'EQUIPEMENT ELECTRIQUE (BEP CARROSSERIE)

A l'aide d'un tableau (extrait du tableau de mise en relation des savoir-faire et des savoirs technologiques associés du référentiel) :

Recenser ce que l'élève devra savoir pour savoir-faire
 
Le recensement fait, il convient de classer ces savoirs : on abordera d'abord ceux ne nécessitant pas de pré-requis. Puis on les regroupe par famille, par thème, en imaginant quelles activités seront les plus efficientes pour transmettre ces savoirs et développer ces compétences : TP, TD, cours ou... période de formation en entreprise (dans ce dernier cas, il faut le négocier avec le tuteur de l'élève).
Bien entendu, il est rarement possible d'aborder tous les savoirs ou savoir-faire concernant l'ensemble des matériaux, matériels ou systèmes en usage dans le métier considéré. La qualité de la formation sera directement dépendante des choix faits par le professeur ou l'équipe pédagogique pour couvrir au maximum le RAP. 
 
Fixer des objectifs généraux avec un délai :

" Tous mes élèves devront être capable de déposer, poser et régler un bloc-optique de phare avant le mois de février ".
" Tous mes élèves devront être capable de rechercher la référence d'une pièce de rechange sur catalogue, d'en faire la commande et de facturer la remise en état au client pour la fin de l'année ".
Etc...
Définir les objectifs opérationnels nécessaires.

Pour le premier objectif général ci-dessus, " l'élève sera capable de :
Identifier les points de fixation d'un bloc-optique.
Identifier les points de réglage d'un bloc-optique.
Reconnaître le sens de montage du porte-ampoule.
Utiliser le réglophare.
Contrôler la qualité du montage, du réglage. ", etc...
 
Bien entendu, tous ces objectifs opérationnels doivent être univoques, observables, les conditions ressources ainsi que les critères d'exigences définis.
 
Rédiger les documents nécessaires :

une fiche de travail qui cadre le travail demandé à l'élève,
un document de guidance qui peut faire appel par exemple à une fiche d'acquisition pour l'utilisation du réglophare,
une fiche de contrôle-qualité qui recense les points de contrôle à effectuer,
etc...
 
Consigner les évaluation :
 
Les documents utilisés ainsi que les travaux réalisés devront permettre l'évaluation de l'acquisition des compétences du référentiel. En principe l'évaluation est portée sur la fiche de travail.

 
 
COMMENT SUIVRE LES PROGRES DES ELEVES ?
 
Les évaluations portées sur chaque fiche de travail seront reportées sur une fiche de suivi de l'élève.
C'est à la lecture de cette fiche synthèse, que l'on appréciera l'individualisation à apporter pour chacun d'eux : objectifs opérationnels démultipliés davantage pour les compétences posant problèmes ou au contraire synthèse de plusieurs d'entre eux et adjonction de difficultés supplémentaires pour les compétences développées facilement.
 
 
Les  activités de l 'élève  doivent correspondre aux fiches de travail qui lui ont été proposées.
Les leçons de technologie qu'il a suivies doivent également y être mentionnées. Dans ce cas le professeur ne pourra valider les acquis que si cette leçon est suivie d'une évaluation.
C'est la collection de ces activités qui permettra au professeur de situer chacun de ses élèves sur la fiche SUIVI DE LA CLASSE et estimer ainsi l'avancement de son enseignement par rapport aux prévisions recensées sur la fiche ANALYSE DES CONTENUS.
Enfin cette fiche permettrait au tuteur de l'élève (en PFE ou PFMP) de savoir ce que ce dernier a " fait à l'école " avant de lui être confié. Pour cela, elle devra être insérée dans le carnet de stage.
 

COMMENT SUIVRE LA CLASSE ?
 

Le tableau de SUIVI DE LA CLASSE permet:
Au professeur
de voir s'il est "dans les délais",
d'adapter son enseignement à la classe ,
de différencier sa pédagogie en fonction des acquis de certains élèves.
A l'élève
de se situer par rapport à sa classe
de savoir ou il doit porter ses efforts.
A l'équipe pédagogique
de mettre en commun leurs évaluations,
d'harmoniser le positionnement des élèves.

 
Ce tableau n'est pas suffisant:
 
Il permet de s'assurer que toutes les activités que l'on estime essentielles ont été exécutées. Mais il ne donne qu'une information globale. Il n'informe pas l'élève de ses points forts et de ses faiblesses.
Il ne dispense donc pas de renseigner les tableaux précédents .
 
Téléchargements