LE DESSIN DE LETTRES
Analyse morphologique


Proposition de guide pour la construction du cours sur la lettre



FONCTIONS

La fonction première d'un texte est de transmettre un message, de permettre à l'homme de communiquer par l'écrit.
La notion de plaisir renforce souvent l'efficacité d'un message, et l'esthétique en est le véhicule.


Le dessin de la lettre présente donc deux caractères.


1- Pratique
2- Esthétique


    





Caractère pratique : La lettre sert avant tout à communiquer un message, des pensées des idées. Elle doit donc être facilement lisible.

Caractère esthétique : Par le jeu graphique de ses courbes, de ses droites, du plein et du vide, la lettre est un véritable dessin harmonieux et équilibré, qui procure un plaisir esthétique. Elle doit donc être belle, esthétique.


Guidés par ces deux critères (pratique-esthétique, lisibilité-expressivité) les créateurs de lettres nous proposent aujourd'hui des milliers de solutions au dessin des lettres de notre alphabet.
Cet univers ne s'est pourtant pas développé en un jour.




UN PEU D'HISTOIRE

A l'origine, l'homme a improvisé son langage par gestes et par sons. Puis très vite il a ressenti le besoin de traduire graphiquement ce langage : l'écriture était née.



L'écriture fut d'abord un dessin : la pictographie

pictogrammes

source : L'ecriture et son dessin R. H. Munch - Editions Eyrolles



Le sens de ces dessins varie en fonction d'autres éléments : (nombre, position, taille, éléments associés)

la bouche - c'est parler
2 bouches - c'est crier
4 bouches - c'est le tonnerre
la bouche plus la terre - c'est cracher

Notre époque reprend des images parlantes de ce type dans l'enseigne, le logo, la signalisation routière.
De gauche à droite, les panneaux routiers ci-dessus nous montrent une évolution progressive de l'illustration vers l'abstraction. Le panneau de gauche est une représentation simplifiée, le second et le troisième se rapprochent de l'esprit de la pictographie alors que le quatrième n'est plus que la représentation abstraite d'une idée.

Comme ces dessins étaient longs à tracer la paresse de la main les a progressivement transformés .
De simplification en simplification des signes abstraits, les ont remplacés.



Parallèlement ces signes n'ont plus exprimé uniquement des idées mais aussi des sons.
Ainsi est né l'alphabet.

Evolution de l'alphabet

L'alphabet que nous utilisons aujourd'hui a pour origine les signes phéniciens qui se sont transmis de civilisation en civilisation.

phénicien => grec => romain => latin.


alphabets antiques

PHENICIEN


 

GREC PRIMITIF



GREC CLASSIQUE


PHENICIEN


GREC PRIMITIF


GREC CLASSIQUE


source : L'ecriture et son dessin R. H. Munch - Editions Eyrolles





Au Moyen -Age : L'écriture se fait toujours manuellement. A cette époque la culture est détenue essentiellement par les moines. Certains passent leur vie à écrire des bibles d'une grande richesse graphique pour mieux diffuser la foi.

La Renaissance : L'imprimerie comme procédé permettant de reproduire le même texte en plusieurs exemplaires sans avoir à le réecrire chaque fois, existait en Chine depuis fort longtemps et était connue en Europe. Le besoin de diffuser la culture autrement, a suscité un grand intérêt pour l'imprimerie.
Gutenberg
(Johannes) provoqua une vraie révolution dans le monde de l'imprimerie . Il inventa la presse à imprimer (1434) et une encre qui a permis l'impression des deux faces du papier (1441). Il abandonna l'emploi de carctères mobiles en bois et créa des caractères métalliques . Il a ainsi permis l'essor de l'art de la typographie.
Dans les pays latins on grava des caractères inspirés de l'écriture la plus courante utilisée dans les manuscrits de l'époque. Les caractères typographiques sont donc inspirés de l'écriture manuelle.


Depuis cette époque, toujours en quête de nouveauté, nous avons vu apparaître des centaines d'alphabets. Depuis l'avènement de la PAO (publication assistée par ordinateur) c'est par milliers que nous pouvons les compter. Hélas cette explosion de la quantité se fait parfois au détriment de la qualité, car sur ordinateur nous voyons aujourd'hui se côtoyer le meilleur et le pire.

Cependant presque tous ces alphabets peuvent être rattachés à une des grandes familles.

MORPHOLOGIE
(parties consructives des lettres)

ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

abcdefghijklmnopqrstuvwxyz

Les lettres ou caractères de notre alphabet d'aujourd'hui ont des formes basiques bien définies.
On a donné un nom à certaines parties de ces lettres car il est ainsi plus facile de conceptualiser leur dessin.







parties consructives des lettres

Barres :




Parties horizontales






peuvent s'étirer plus ou moins selon la largeur (chasse) de lettre souhaitée

Fûts (ou hastes) : Parties verticales peuvent s'écarter ou se rapprocher selon la largeur (chasse) de lettre souhaitée. Peuvent avoir une épaisseur plus ou moins forte selon la graisse de lettre voulue
Apex : Partie décorative en
haut du fût
sa forme est variable selon la famille de la lettre
Empattement : Partie décorative en bas des fûts sa forme est variable selon la famille de la lettre
Traverses (ou montants) : Parties obliques se positionnent par rapport aux fûts. Leur angle est variable selon l'écart des fûts (chasse)
Panses : Arcs de cercle peuvent évoluer du cercle à l'ovale selon la largeur (chasse) de la lettre

 

On peut dessiner des lettres en modifiant largement certaines caractéristiques.

 

 

Cependant il faut toujours faire attention que cela reste lisible et que le caractère ne puisse pas être confondu avec un autre.

Le fut du "H" compense largement la disparition de celui du "R" celui-ci reste donc lisible.
La disparition de l'angle droit du "D" a tendance a faire confondre celui-ci avec un "O"

 

Les modifications se jouent ici sur l'oeil du "A". En haut la forme ronde et au centre la forme carrée de l'oeil sont une source de confusion possible du "A" avec un "O".
Seul le modèle du bas avec un oeil de "A" triangulaire permet une lecture satisfaisante du mot "A" . Ainsi on lira "EAU" et non pas "EOU"

 


Sur la base des caractéristiques indiquées ci-dessus on a très vite vu apparaître des variantes dans le dessin des caractères.
Cela a donné naissance à plusieurs grandes familles de lettres, dotées d'une expression particulière et qui servent encore aujourd'hui
de support pour la création de nouveaux alphabets.


LES FAMILLES

Pour comprendre cela examinons les lettres ci-dessous :






Antique ou bâton :
pas d'empattement, épaisseur identique partout.
Egyptienne : empattement rectangulaire, petites différences d'épaisseur.
Elzévir : empattement triangulaire, différences d'épaisseur plus prononcées.
Didot : Empattement fait d'un trait horizontal, différences d'épaisseur très importantes.







Pourquoi ces caractéristiques ?

Ce sont des souvenirs de l'écriture manuelle.

L'empattement : C'est le souvenir de la goutte d'encre qui se dépose sur le papier en début et en fin de tracé lorsqu'on écrit avec un bâton ou une plume.

Les différences d'épaisseur : Sont le souvenir de la pression de la main sur l'outil.
En montant on allège la pression : le trait est fin. On appelle cela le délié.
En descendant on appuie davantage : le trait est épais.
On appelle cela le plein.

Ces éléments donnent à la lettre un caractère expressif particulier.

Bâton : bonne lisibilité , sobriété.
Egyptienne : robustesse, équilibre, stabilité.
Elzévir : élégance raffinement
Didot : rectitude, austérité

 

LETTRE ET EXPRESSION

Les différents alphabets ont leur style propre. Il convient de bien les comprendre pour savoir les employer.

Le choix du style de lettres à utiliser doit toujours se faire par rapport à l'expression recherchée.

Vous voulez réaliser trois documents publicitaires :

1- pour promouvoir la vente de fleurs.
2- pour promouvoir la vente de camions.
3- parler des nouvelles technologies.

Les exemples ci-dessus démontrent clairement que l'esprit esthétique et expressif d'un alphabet convient mieux à certains thèmes qu'à d'autres.
Cependant ce ne sont là que des exemples de démonstration. Le bon choix de la police à utiliser par rapport à un thème donné,
ne peut se faire que par l'usage de l'analyse et de la sensibilité.

L'expression de la lettre peut être modulée par des procédés graphiques ou par la couleur au moment de l'éxécution.
( contour, trames, projection d'une ombre, impression de volume de perspective, de gauffrage etc ...)


Cherchez toujours plusieurs solutions aux problèmes posés et essayez de classer ces solutions par ordre d'efficacité.





D'autres attributs typographiques peuvent modifier l'expression des lettres.


Droit : sobre - stable
Italique : dynamisme, mouvement, progrès
Italique inversé : dynamisme retenu ou progrès freiné.
- L'italique inversé c'est à dire penché à gauche est à utiliser avec prudence ou même à éviter car son expression peut être interprétée de manière négative.


La hauteur : le corps

Le corps s'exprime aujourd'hui généralement en points. On choisira les corps 9 à 12 points pour des pages de texte à lire de près. Des corps plus petits pour des commentaires hors texte. Les corps supérieurs à 12 seront réservés aux titres et sous-titres.

L'epaisseur : la graisse

Plus la graisse est importante et plus le caractère donnera une impression de robustesse et de lourdeur, plus le caractère sera filiforme plus il donnera un sentiment de fragilité.
La lecture à distance est facilitée par une graisse bien dosée et à condition que les vides ne paraissent bouchés par trop de graisse; A l'inverse la lecture à distance peut devenir impossible avec des caractères trop fins.

La largeur : la chasse

Les caractères avec une chasse ou échelle horizontale étroite donneront une impression étriquée, d'étroitesse, de manque d'aisance. Plus la chasse sera importante et plus le sentiment contraire sera renforcé.

L'expression peut donc aussi être sensiblement modifiée par ces trois caractéristiques.


Trouver la bonne chasse

Nous savons bien qu'un "I" ne pourra jamais avoir la largeur d'un "M".
Il faut se souvenir que : la chasse est une largeur "moyenne", qui établit un certaine relation entre toutes les lettres d'un alphabet,
pour éviter les excès qui provoqueraient un déséquilibre visuel de l'ensemble.

Dans cet exemple chaque lettre présente une chasse différente des autres, donnant au texte un aspect fantaisiste et qui perturbe le confort de lecture
La chasse des lettres de chacun de ces exemples est différente mais chaque exemple reste homogène dans l'ensemble