Le tigre

 

Le tigre du Bengale  

 

 

 

     Ce seigneur de la jungle, rapide, puissant, et rusé, peut terrasser un buffle d'un seul coup de patte et l'étouffer en moins de dix minutes.

     Le tigre du Bengale vit dans le Sud de l'Asie, en Inde et en Indochine. Pendant très longtemps chassé, capturé, empoisonné, il a pratiquement disparu partout en dehors des réserves naturelles et des parcs nationaux. Il est maintenant strictement protégé. Certains mâles occupent un territoire immense, atteignant parfois 500 km2. Plus de deux semaines leur sont parfois nécessaires pour en faire le tour. Lorsque la nourriture est suffisante, le tigre s'accommode d'un territoire beaucoup plus restreint, n'excédant pas 100 km2. Dans son domaine, il occupe indifféremment la forêt, la jungle et les marais.

 

     Le tigre s'attaque à des proies très variées : des cerfs, des sambas (sorte de cerfs), des antilopes, des buffles. A l'occasion, il ne dédaigne pas le bétail et il lui arrive de s'en prendre à l'homme. De nombreux récits rapportent d'ailleurs les méfaits des tigres mangeurs d'homme. Ce sont surtout des animaux vieux, malades ou blessés, donc incapables de se chasser normalement, qui sont poussés à cette extrémité. La destruction de leur milieu et la disparition du gibier interviennent aussi dans cet état de fait.

 

 

     Dès qu'il a repéré une proie, le tigre entame une approche lente et silencieuse. Arrivé à 25 mètres environ d'un cerf, il se précipite sur lui, le cloue au sol avec ses pattes pourvues de griffes puissantes, et l'achève en le mordant à la nuque ou à la gorge. Sa force est étonnante ; il lui arrive de traîner des proies de plusieurs centaines de kilos sur près de 500 mètres pour les amener à terrain couvert.

 

     Sur son territoire, le tigre possède plusieurs tanières, sous les arbres abattus, dans des grottes, entre des rochers... qu'il occupe alternativement. Ces là que les femelles mettent au monde leurs petits. Dès l'âge de 8 semaines, ceux-ci accompagnent leur mère à la chasse ; à 6 mois, ils ont déjà appris à tuer. Toutefois, ils ne sont capables de se nourrir seuls jusqu'à l'âge de 18 mois. 

 

     Les tigres du Bengale se reproduisent habituellement au printemps. Un mâle d'un domaine voisin rend visite à la femelle sur son domaine.

 

     Pendant cette période, la femelle n'est fertile que 3 à 7 jours. Après l'accouplement, le mâle retourne aussitôt sur son propre domaine vital et ne participe pas à l'élevage des jeunes. Environ 15 semaines plus tard, la tigresse met au monde 2 à 4 petits, aveugles pendant les 10 premiers jours. La mère les allaite durant 8 semaines puis leur apporte aussi de petites proies à manger.

A 6 mois, elle les laisse seuls dans la tanière, pendant des jours, tandis qu'elle chasse. Plus grands, ils peuvent chasser seuls et à 16 mois, ils sont assez forts pour s'attaquer à de grandes proies. Les jeunes tigres restent 2 ou 3 ans avec leur mère ; celle-ci est alors prête à s'accoupler de nouveaux.

 

 

 

     Le tigre est solitaire et nocturne et n'aime pas partager son domaine avec d'autres tigres. Pour décourager les intrus, tous les tigres marquent leur territoire en urinant des sécrétions très fortes qui signalent leur présence. Ils peuvent aussi déchiqueter l'écorce des arbres. Ils recouvrent leurs excréments de terre. Ils tirent aussi les restes d'une proie vers un fourré, les cachent sous des feuilles et y retournent plus tard.

 

 

 

     Les tigres chassent à l'affût la nuit, bien que puissants et rapides sur de courtes distances, ils ne peuvent gagner de vitesse une proie tel le cerf.

 

     Un tigre attaque sa proie sur le côté ou par l'arrière. Il tu les petites proies d'une, morsure à la nuque ; les grosses sont mordues à la gorge et étouffées.

 

     Le tigre chasse le gaur (sorte de taureau sauvage) et le buffle. Un gaur mâle pèse environ 900 kilos ; plus de trois fois le poids d'un tigre. Le plus souvent, le tigre attaque des animaux jeunes ou vieux qui opposent moins de résistance.

 

     Dans les Sundarbans, les proies du tigre sont les cerfs axis, le sanglier, les singes et les lézards. Il attaque parfois les porcs-épics, mais si les piquants se logent dans les pattes, le tigre peut mourir

 

Le tigre de Sibérie

 

Le tigre de Sibérie est le plus grand de tous les félins et sans doute le plus beau. Malheureusement, cet animal superbe devient de plus en plus rare dans la nature.

 

 

 

     Les accouplements peuvent avoir lieu à n'importe quelle saison contrairement aux tigres du Bengale. Lorsqu'elle est en chaleur, la femelle marque les arbres d'urine et griffures. Comme les territoires sont très vastes en Sibérie, elle peut être obligée de partir à la recherche du mâle.

 

     La tigresse n'est réceptive que pendant 3 à 7 jours. Le mâle et la femelle s'accoupleront souvent pendant deux à trois jours et passeront ensemble toute la période des chaleurs. Puis, le mâle partira et s'accouplera avec une autre femelle si l'occasion se présente. 

 

     Après une gestation de 95 à 112 jours, la tigresse met au monde 2 à 4 petits dans une tanière. Les jeunes tigres sont aveugles à la naissance, leurs yeux s'ouvrent vers la deuxième semaine, âge auquel les dents commencent à pousser.

 

     C'est à deux mois qu'ils sortent de la tanière et la mère qui les abandonne rarement, leur apporte de la viande tout en continuant de les allaiter jusqu'à l'âge de 6 mois. La tigresse peut alors les inciter à la suivre à la chasse.

 

     Les jeunes tigres commencent par chasser par eux-mêmes à moins d'un an, lorsque leur mère a enseigner toutes les techniques de la survie. A deux ans ils savent tuer les grosses proies mais ils quittent définitivement leur mère qu'entre 3 et 5 ans. Ils partent alors en quête de leur propre territoire et d'un partenaire.

 

 

     Malgré sa force et l'acuité de ses sens, le tigre de Sibérie doit passer beaucoup de temps à la chasse et ne réussit à tuer qu'une fois sur dix. Il chasse essentiellement les cervidés et les sangliers, mais il peut également manger du poisson.

 

     Il approche environ à 10-25 m de sa proie avant de bondir pour saisir l'animal à la nuque, les pattes postérieures bien plantées au sol.

 

     Les petites proies sont tuées par la morsure à la nuque, mais les grosses proies sont renversées au sol et étouffées par une morsure à la gorge. Si le tigre, à la première attaque rate sa proie, il la poursuit environ 200 m mais réussit rarement à la rattraper.

 

     La carcasse est ensuite traînée à couvert, si possible près d'un point d'eau. Le tigre mange et boit son contenu avant de recouvrir les restes de la carcasse et d'aller dormir. Il revient ensuite vers la carcasse et chasse les charognards attirés par l'odeur. 

 

 

     Le pelage d'hivers du tigre de Sibérie est presque blanc, il ne porte pas les belles rayures très marquées des tigres qui vivent sous des climats plus cléments, mais il lui permet de se dissimuler dans son milieu enneigé.

 

 

 

     Pour résister à des températures pouvant atteindre - 45°C, sa fourrure est plus épaisse et plus longue que celle des autres tigres. Il possède une couche de 5 cm d'épaisseur sur les flancs et le ventre, qui le protège du vent et de la neige. 

 

 

     Un tigre de Sibérie occupe un très vaste territoire couvrant jusqu'à 10 500 km2. Si les sources d'approvisionnement sont stables dans la région, il peut occuper ce territoire pendant de nombreuses années. Lorsque les proies sont rares, il effectue de longues migrations et parcourt souvent des centaines de kilomètres.

 

 

 

     Mâles et femelles marquent les frontières de leurs domaines respectifs de jets d'urine et en griffant les arbres. Mais seul le mâle, dont le territoire recoupe souvent celui de la femelle, le défend contre l'intrusion d'autres mâles. Il protège surtout les zones clés de son territoire extraordinairement vaste, comme le long de la frontière avec une femelle ou dans la zone riche en proies.

 

     Le mâle vit solitaire et repousse les autres mâles. Il tolère mieux les femelles, mais autorise les 2 sexes à traverser son domaine vital. La femelle et sa progéniture forment des groupent sociaux.

 

Retour au menu