II. L'appareil de ventilation pulmonaire

    La respiration est un échange gazeux entre le sang veineux et l'air atmosphérique. Cet échange a lieu dans les poumons. L'air y est amené par l'appreil de ventilation pulmonaire.

     L'appareil respiratoire se subdivise successivement en fosses nasales, pharynx, épiglotte, larynx, trachée, bronches, poumons et plèvres.

-Fosses nasales: Les fosses nasales sont deux cavités séparées par une cloison médiane. Elles s'ouvrent vers l'avant par les narines et vers l'arrière, dans le pharynx, par les choanes. Au niveau des narines, la cloison médiane est cartilagineuse, c'est le cartilage de la cloison.

-Pharynx: Le pharynx est un carrefour aéro-digestif qui fait communiquer:
- la voie aérienne avec le larynx (extrémité supérieure de la trachée),
- la voie digestive avec l'oesophage
Il s'étend verticalement au-devant de la colonne cervicale, en arrière des fosses nasales (naso-pharynx), de la cavité buccale (oro-pharynx) et du larynx (laryngo-pharynx). Il est complétement tapissé par une muqueuse

-Epiglotte: cartilage triangulaire en forme de feuille d'arbre qui ferme le larynx pendant la déglutition, situé au-dessus et en avant de l'orifice supérieur du larynx.Le pétiole de la feuille est rattaché.

-Larynx: Le larynx est une portion particulière du conduit aérifère, spécialisée dans la phonation. Il se situe à la partie médiane et antérieure du cou, en avant du pharynx, en-dessous de l'os hyoïde et au-dessus de la trachée.
En plus de sa fonction de conduit aérifère, le larynx est l'organe de la phonation. Il présente à la description un squelette cartilagineux, (comprenant entre autres l'épiglotte, les cordes vocales et différents types de cartilages.

-Trachée: Elle est comprise entre l'extrémité inférieure du larynx et l'origine des bronches.
La trachée présente une paroi antérieure en forme de fer à cheval ouvert en arrière. Cette paroi est constituée d'anneaux cartilagineux reliés par des lames fibreuses. La paroi postérieure est plane, fibromusculaire.

-Bronches: Elles sont le conduit aérien du poumon et présentent la même structure que la trachée, excepté que les anneuax cartilagineux sont de moins en moins complets. La bronche gauche est plus longue, plus horizontale et plus grêle que la bronche droite.

-Poumons: Les poumons sont deux organes spongieux situés dans la cage thoracique et séparés par un espace médian, occupé par le coeur et les gros vaisseaux, le médiastin.Les poumons sont divisés en lobes par de profondes incisions, appelées scissures, au fond desquelles s'insinue la plèvre viscérale.
Il y deux scissures dans le poumon droit: l'oblique et l'horizontale.
On distingue donc à ce poumon les lobes supérieur, moyen et inférieur. Le poumon gauche ne présente qu'une scissure, dite interlobaire.
Dans la masse pulmonaire, les bronches se divisent donc en bronches lobaires, puis segmentaires. Ces subdivisions se poursuivent jusqu'aux acini, composés d'alvéoles. Les alvéoles pulmonaires sont de minuscules petits sacs, formés d'une mince paroi de cellules aplaties. La face externe de l'alvéole est tapissée par des vaisseaux artériels et pulmonaires qui se ramifient en de nombreux capillaires à paroi mince. C'est à travers ces parois que s'effectuent les échanges gazeux entre l'air et le sang.

-Plèvres: Les plèvres sont des membranes destinées à faciliter le glissement des poumons sur les parois thoraciques. Il existe une plèvre pour chaque poumon. Les deux plèvres sont indépendantes l'une de l'autre. Chaque plèvre est une membrane composée de deux feuillets:
- un feuillet viscéral, qui est accolé au poumon et s'enfonce dans les scissures,
- un feuillet pariétal: accolé à la face profonde de la cage thoracique (plèvre thoracique) ou tapissant la face externe du médiastin (plèvre médiastinale)
 

     La ventilation pulmonaire est un phénomène respiratoire de nature purement mécanique observé au niveau des poumons. L'air pénètre dans les poumons lorsque le diaphragme, augmente par sa contraction le volume de la cage thoracique. Cette action entraîne, par l'intermédiaire de la plèvre, l'expansion du volume des poumons, qui se remplissent d'air. Lorsque le diaphragme se relâche, les poumons se rétractent grâce à leur élasticité naturelle et l'air est expulsé. Lorsqu'une plus grande quantité d'oxygène est nécessaire, les muscles fixés sur les côtes interviennent, élargissant encore la cage thoracique afin de permettre une inhalation d'air plus importante. Un adulte en bonne santé peut inspirer de 3,30 à 4,90 l d'air en une seule inspiration, mais, au repos, seulement 5 % de ce volume est utilisé.

     Le principal centre nerveux contrôlant la fréquence et l'amplitude de la respiration se trouve dans le centre respiratoire de la protubérance annulaire et du bulbe rachidien dans le tronc cérébral (voir cerveau). Les cellules de ce noyau sont sensibles à l'acidité du sang qui reflète les concentrations plus ou moins élevées de dioxyde de carbone dans le plasma sanguin. Lorsque l'acidité du sang est élevée, généralement à cause d'un excès de dioxyde de carbone, le centre respiratoire stimule les muscles respiratoires, pour augmenter leur activité. Lorsque la concentration en dioxyde de carbone est basse, le rythme respiratoire ralentit.

précédent                                    Suivant