LES RESSOURCES PEDAGOGIQUES EN SECONDE

 red22_back.gif   LA CONSOMMATION : Cours

 

LA CONSOMMATION, UNE ACTIVITE ECONOMIQUE, SOCIALE ET CULTURELLE

     Nous avons vu que les hommes produisent. De cette activité des hommes naissent des revenus. Ces derniers constituent un des éléments des ressources des ménages. Nous allons ici identifier ces ressources et nous constaterons ensuite l'existence des inégalités puis montrerons comment l'Etat tente de les atténuer.Ces dimensions feront l'objet de notre première approche.

    Ainsi parmi les ressources, on distingue les revenus (à côté du crédit) et avec leurs revenus les ménages consomment. Nous verrons alors que cette consommation est influencée tant par les caractéristiques du ménage (revenu, âges, PCS...) que par l'environnement économique et social (la culture, la publicité, la mode...). Ces propos meubleront notre deuxième approche. Nous verrons enfin qu'une fraction des revenus peut ne pas être utilisée pour la consommation et est alors épargné (cette dernière est aussi un moyen de se constituer un patrimoine).

 

I .  LES RESSOURCES DES MENAGES

Des revenus primaires au revenu disponible

 

Les revenus primaires trouvent leur origine dans le partage de la valeur ajoutée. En échange de leur contribution à la production, les ménages reçoivent des revenus .On distingue les revenus du travail ( salaire…cotisations sociales) les revenus du capital (loyer, dividendes..) et les revenus mixtes ( le profit des entrepreneurs individuelles)

Les ressources des ménages sont aussi constituées des revenus en nature, c'est-à-dire des revenus issus du travail mais non monétaire, par exemple le bénéfice d'un logement de fonction, d'une voiture de fonction, prêts à taux préférentiel, voyages, cadeaux offerts par l' entreprise

En cas d'insuffisance de revenus, les ménages peuvent recourir à l'emprunt. Cet emprunt est une ressource possible pour le ménage car il pourra alors réaliser sa dépense de consommation …ou d'investissement.

Toutefois le ménage doit veiller à ne pas s'endetter de manière excessive (ne pas avoir un endettement disproportionné par rapport aux facultés de remboursement). La loi du 1er mars 1990 veille à éviter les surendettement des famille, d'autant plus qu'un surendettement est souvent facteur d'exclusion sociale… La Loi n° 89-1010 du 31 décembre 1989 dite Loi Neiertz entrée en vigueur le 1er mars 1990 protège l'emprunteur. Si vous avez plusieurs dettes et si des événements imprévus (chômage, divorce, maladie, accident, décès dans votre famille...) vous empêchent de rembourser ce que vous devez, vous pouvez demander à bénéficier d'un règlement amiable .

La distribution des revenus primaires s'accompagne d'inégalités plus ou moins importantes entre les ménages, compte tenu principalement de leur PCS et de leurs qualification. Par exemple en France en 1995 le revenu d'un cadre est 3 fois plus élevé que celui d'un ouvrier. L'inégalité se manifeste aussi selon le sexe. Par exemple le salaire des hommes en 1997 est de près de 25% supérieur à celui des femmes

L'importance des inégalités de revenus a conduit les pouvoirs publics à organiser une protection sociale visant notamment à réduire les écarts entre les revenus des ménages. C'est ce que l'on nomme la redistribution. Avec la redistribution horizontale qui relève d'une logique d'assurance, il s'agit de protéger les individus contre les risques sociaux liés à l'existence (maladie, chômage, vieillesse…). Avec la redistribution verticale qui relève d'une logique de solidarité il s'agit de réduire les inégalités de revenus par un double mécanisme de prélèvements (les impôts) et de prestations (RMI, API, ASS…ce sont les minima sociaux).  

                 c) Le revenu disponible obtenu permet alors la consommation… et l'épargne

Le revenu disponible est le revenu qui reste au ménage (pour consommation et épargne) après qu'il ait payé les impôts, les cotisations sociales et reçus les prestations sociales ; ce revenu permet la consommation et la partie non consommée est l'épargne. Cette épargne peut être thésaurisée, placée financièrement, ou investie en capital (investissement dans une entreprise individuelle ou encore achat d'un logement neuf…).

 

II .  L'UTILISATION DES RESSOURCES
La consommation et l'épargne des ménages

Les ménages consomment pour satisfaire leurs besoins. La consommation finale consiste à utiliser des biens (plus ou moins durables) et des services (loisirs, soins, formation…). Cette consommation finale des ménages comprend les biens et services marchands, les services non marchands et…l'autoconsommation. Cette consommation est dite finale car les biens et services sont détruites lors de la consommation.

Les biens consommés peuvent être privatifs (un repas, un vêtement, une place de cinéma…) ou collectifs quand plusieurs individus peuvent les utiliser en même temps (un voyage en avion par exemple, utilisation d'une route, une séance de cinéma…) la consommation collective influence le niveau de vie (ensemble des biens et des service qu'un ménage peut acquérir grâce à son revenu des ménages). En effet, deux ménages ayant des consommations individuelles équivalentes vivraient très différemment selon qu'ils bénéficient ou non des consommations collectives. Le mode de vie est l'ensemble des manières de vivre et des habitudes de consommation propres à un individu ou à un groupe social. Avec un niveau de vie identique souvent le mode de vie est différent, car on consomme par rapport à des critères sociologiques : selon son groupe social sa consommation va différer (souvent) parce que par exemple on ne partage pas la même culture, les mêmes habitudes…

 

2) la consommation des ménages dépend des facteurs économiques mais aussi des facteurs sociaux

a)      Le revenu et le prix sont les déterminants économiques de la consommation

Le niveau de consommation des ménages est lié à leurs revenus et aux prix de ventes des biens et services. De manière générale quand le prix baisse la consommation augmente et quand le revenu augmente la consommation augmente car le pouvoir d'achat augmente

b)      La mode, la PCS, la publicité…sont les déterminants sociaux de la consommation des ménages

Des facteurs sociaux influencent le niveau et la structure de la consommation des ménages. Selon l'âge, la composition du ménage, le lieu d'habitation, la mode la consommation sera différente pour un même revenu. Certains sociologues définissent la consommation comme un système de signes. En effet consommer c'est communiquer aux autres sa position sociale dans la société ou marquer sa différence avec d'autres groupes sociaux… il y là une consommation ostentatoire, les individus envoient des signaux pour montrer ce qu'il sont ou ce qu'il ne sont pas.( distinction )

 

3) Evolution et inégalité de consommation

a)      La consommation augmente et la structure change

Les ménages sont de plus en plus riche et ceci qui contribue à l'augmentation de la consommation ( on parle de société de consommation).Cependant la structure de cette consommation change :notamment on peut citer une loi économique : quand le revenu augmente, la part des dépenses alimentaires et vestimentaire diminue alors que celle consacré à la santé, à l'éducation, aux loisirs augmente…bref plus on est riche plus on consomme de services et plus on est pauvre plus on consomme de produit alimentaire en pourcentage. On parle alors dans ces situation des lois d'Engel ( un statisticien Allemand du XIX siècle)

b)      Pourtant, aujourd'hui des inégalités de consommation restent fortes selon la PCS

Malgré l'augmentation du niveau de vie des ménages ,des inégalités de consommation persistent. En effet si le taux d'équipement des ménages en bien durables des classes populaires a rattrapé celui des ménages( automobile, téléviseur…) de milieu aisé, il n'en demeure pas moins que pour les biens durables récents l'inégalité d'équipement reste la règle ( notamment pour les micro-ordinateur, le four à micro-ondes, le lave -vaisselle…)

 

4) La partie du  revenu disponible non consommée : l'épargne

le revenu se répartit entre consommation et épargne. On épargne pour différents motifs :en vue de l'achat d'un bien durable, pour faire face à des dépenses imprévues. De manière générale les ménages sont pris entre deux discours contradictoires : d'un côté on leur demande de consommer( donc moins d'épargne) pour relancer l'activité économique. de l'autre côté les propos alarmistes sur la précarité de l'emploi, l'avenir des retraites les poussent à l'épargne ( donc moins de consommation)

 

 

 

conclusion concernant le programme de seconde SES

 

 

Ménages, entreprises, banques, administration…sont les acteurs économiques avec des relations entre eux et fonctionne comme une machine …on parle alors de circuit économique. Le circuit présente de manière simplifier le fonctionnement d'une économie et les liaisons (on parle de flux réel et flux monétaires)qu'entretiennent tous les acteurs

 

Exemple de circuit simple

 

L'intérêt  d'une approche en terme de circuit :par exemple si la consommation des ménages augmente, cette augmentation va entraîner une hausse de la demande aux entreprises, celles ci décident alors de produire plus, c'est à dire d'accroître l'offre de biens et services. Elles ont donc besoin d'investir et d'embaucher. Le chômage va baisser, la masse de revenus va augmenter favorisant la consommation…et le mécanisme se poursuit. Il faut toutefois garder  présent à l'esprit que les enchaînements se font à partir d'hypothèse….nous verrons mieux cela en première ES l'année prochaine